Subscribe:Posts Comments

You Are Here: Home » French Articles » MAIRIE DE PORT-AU PRINCE : Ensemble pour affirmer l’autorité de la gouvernance locale…

Par Frantz  DELICE

Correspondant de CSMS Magazine                                                                                     

 Port-au-Prince—La mairesse adjointe de Port-au-prince, madame Nadège Joachim Augustin, a affirmé dans une entrevue exclusive à la revue Anayizz le jeudi 17 janvier dernier, que toutes les dispositions sont prises pour contrecarrer les propos stéréotypés et combattre la violence sexuelle lors du déroulement du carnaval. En outre, la mairie travaille à la sélection des reines, déclare la mairesse. Les reines doivent être des universitaires, très belles, ayant environ 1m70 de hauteur, être élégantes et avoir un bon bagage intellectuel. Les différentes postulantes des concours de Miss de la capitale, telles que les miss Anayizz, Vidéomax, Citronnelle seront sélectionnées pour participer au défilé lors du carnaval dans le but de faire de cette période  une vitrine de la culture haïtienne, précise  la mairesse Augustin.      Madame Augustin a réitéré la volonté de  la Mairie de faire du carnaval un spectacle artistique. Elle a mis en évidence la place de la gouvernance locale dans la lutte contre les violences sexuelles lors du carnaval; et c’est dans ce contexte que la Mairie est en train de programmer toute une série de sensibilisation. Elle a affirmé que la séance de sensibilisation du samedi 19 janvier permettra la signature d’un accord de principe devant sanctionner les slogans sexistes et dénigrants pour les femmes lors du carnaval. Cette activité de sensibilisation participe dans le cadre de l’affirmation de l’autorité de la mairie de Port-au-prince comme gouvernance locale. La Mairie de Port-au Prince tiendra compte de ces accords de principe pour sélectionner les groupes musicaux devant participer lors du défilé carnavalesque. La mairesse a profité de l’occasion  pour présenter le carnaval comme une fête municipale.       Madame Nadège Joachim Augustin a informé que la Mairie de Port-au-Prince compte ouvrir, sur le parcours du carnaval des cellules d’urgence pour les filles et femmes en cas de viol. La mairesse travaille de concert avec la Police Nationale pour les outiller sur la question de la prise en charge des femmes violées. Elle a profité de l’occasion pour présenter les objectifs de la journée de sensibilisation du samedi 19 janvier. Cette journée, selon la mairesse Augustin, doit porter les filles et femmes à ne pas se laisser avoir lors du carnaval, les sensibiliser à utiliser des préservatifs si elles auront des relations sexuelles ; les informer comment réagir en cas de viol. Au cas où elles se feraient violer, elles devraient intégrer les cellules d’urgence avant 72 heures.       Cette sensibilisation a pour but également de porter les groupes musicaux, DJs et bandes à pied  à  éviter les slogans sexistes et dénigrants contre les femmes. L’objectif de la mairie de Port-au-Prince, selon madame Augustin, est de servir de pont entre les principaux acteurs tels que le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) et les organisations de femmes impliquées dans la lutte contre les violences sexuelles et la prise en charge des femmes violentées.     Madame Augustin a déclaré que la sensibilisation contre la violence sexuelle continuera après le carnaval et la Mairie de Port-au-Prince travaille à mettre sur pied une section chargée de lutter contre ces violences et  la  valorisation des femmes dans la municipalité.     Il est nécessaire de rappeler que le carnaval constitue l’un des temps de défoulement pour la population. C’est aussi le moment où l’on recense le plus de cas de viols et de violences, c’est aussi la période où les slogans sexistes pleuvent dans les méringues carnavalesques et dans les medias. Il est impérieux pour les autorités locales de s’impliquer dans la lutte contre la violence. La Mairie de Port-au-Prince vient de donner le ton dans sa politique de proximité. Suivons cette initiative et travaillons ensemble pour combattre toutes les formes de violences faites aux femmes, surtout pendant la période carnavalesque ! Voir aussi Responsabiliser les pères en Haïti ? AGNIECE FRANCOIS : Une femme, une plume au service des nouveaux talents!Rénette DESIR : Une voix de femme sur le chemin de la gloireNote : Frantz DELICE est notre nouveau correspondant en Haiti. Il est écrivain et il vit à Port-au-Prince. Vous pouvez lui contacter à frantzdelice@yahoo.fr

Tags

© 2008 CSMS Magazine · Subscribe:PostsComments · Designed by Theme Junkie · Powered by WordPress

© 2011-2017 CSMS Magazine All Rights Reserved -- Copyright notice by Blog Copyright