Subscribe:Posts Comments

You Are Here: Home » French Articles » Le Morne Brabrant : Fête populaire pour patrimoine culturel

Par Paul. E. François

 CSMS MagazineLe dimanche 10 août dernier est un jour sans grande importance historique, sauf que ce fut le jour choisi par les organisateurs, pour un grand rassemblement populaire, à fin de célébrer la réussite qualifiée de victoire des envoyés spéciaux du gouvernement qui sont allés chercher le certificat de reconnaissance, de la montagne du Morne Brabant au statut de patrimoine mondial de l’humanité  dans la ville  de Québec au Canada.   Après le premier dépôt de gerbes symbolique assez morne, nous avons eu droit cette fois, à  une préparation plus élaborée. Les invités étaient accueillis par une haie d’honneur très folklorique aux rythmes et aux pas du séga des danseuses. Ce à qui soi-disant donné une allure de liesse populaire, et de rassemblement national. Toutefois, on ne s’attardera pas sur la manière dont a été organisée cette fête, mais le parti travailliste lors d’une conférence de presse le lendemain a démontré ouvertement sa grande satisfaction pour l’organisation de cette activité.   Faire venir les créoles en masse en mettant des transports gratuitement à leur disposition et offrir aux convives plébéiens une panoplie d’artistes qui a fait danser la foule et le Premier Ministre aussi. Malgré tout, si le spectacle culturel qui débuta avec une chanson spéciale pour l’occasion, le reste des artistes nous gratifièrent d’interprétations de leurs tubes habituels la majorité inappropriés pour l’occasion, et autres textes plus engagé et révélateur à l’exemple de « simen na pa li sa mo frer. La mor la ba…sanze »   Rien ne semble avoir changé dans l’esprit de nos dirigeants, pour appâter la communauté créole, et la faiblesse de cette culture festival s’est encore une fois révélée sans faille. Une fois la mise en scène protocolaire terminée et que le parterre d’invités politique ayant quitté le lieu, sur la plage du morne, le  pique-nique familial continuait avec boissons alcoolisées, et bières coulant à flots. Le lieu sacré du Morne Brabant était hélas encensé par les relents de grillades jusqu’à fort tard.   Après la déclaration du chef de l’opposition pour expliquer son absence à cette activité, de par la conférence de presse qui s’en est suivie le lendemain, largement couvert par la radio et la télévision nationale, on est en mesure de confirmer et de prendre acte, que cette activité n’a pas fait  l’unanimité au sein de la classe politique  mauricienne. Ce genre de comportement des représentants politique  de notre République nous laisse un sentiment de dégoût, que nous devons à tout prit réprouver. On ignore si le chef de l’église,  été invité, mais ce fut toutefois une absence remarquée car il représente le chef religieux suprême, de cette masse créole, descendants d’esclaves. Cela n’aurait pas été une gerbe de trop à côté de celle du Président  du group socioculturel Rastafari.   Pardessus tout, le discours du Premier ministre nous a permis de comprendre l’intention, et la priorité du gouvernement de construire un musée à l’exemple de « william wilberforce » de Hull en grande Bretagne, sur le site sacré du Morne Brabant. Cela a l’air d’une décision déjà prise. Mais l’on se demande si une telle construction ne doit pas se trouver de préférence dans la capitale ou tout autre lieu pouvant être accessible à tous, sans distinction. Selon le Premier Ministre nous sommes tous indistinctement censée connaître notre histoire. Il ne faut donc pas, que ce musée annoncé ne devient qu’un  attrait touristique seulement…   Cette activité présente aussi un signe avant coureur, que la communauté créole risque de passer à côté de cette occasion, que représente ce monument naturel particulier et sacré du Morne Brabant. Combien symbolique, et inspirateur. Il faut signaler que  rien n’a été fait jusqu’à aujourd’hui sans qu’une cérémonie religieuse ou de rituel purement africain pour le repos de l’âme de ces hommes du continent noirs aux destins tragiques, victimes du marronnage. Le budget encouru dans ce genre de fête de propagande politique, est blasphématoire à la mémoire de ces hommes qui se sont fait martyrs au nom de la liberté, et qui est aussi un exemple de courage de d’abnégation pour la postérité.   Tout le symbolisme derrière cette montagne doit être honoré et glorifié. C’est l’occasion pour apprendre à la masse créole de ne pas faire l’amalgame entre les activités de la plage du  morne et tout le respect qu’on doit porter à ce lieu sacré qu’est devenu la montagne du Morne Brabant. D’où l’importance d’aménager ce site en un lieu de pèlerinage digne ou convergerait des pèlerins de la liberté. C’est ce genre de réparation qu’on doit apporter à la conscience brisée des descendants d’esclaves. Une réconciliation avec l’histoire et des repères à retrouver pour qu’ils puissent l’utiliser comme boussole d’avenir, à fin de pouvoir s’intégrer le mainstream du développement et de pouvoir construire ensemble, avec les autres, une île Maurice durable et féconde.D’abord se construire.Note : Paul. E. François est mauricien et il est engagé dans la lutte pour la promotion et l’émancipation de la communauté créole à l’île Maurice, l’une des plus belles îles du monde. Il est notre nouveau collaborateur.Voir aussi CULTURE ET IDENTITE CREOLE : Génocide latentLa Communauté Créole de l’île Maurice prise dans le joug des pouvoirs Haïti – Culture : Unité idéologique, politique dans les écrits et dans les actions chez Jacques RoumainPrésentation de Gouverneurs de la RoséeLE VERRE DU SOUVENIR

Tags

© 2008 CSMS Magazine · Subscribe:PostsComments · Designed by Theme Junkie · Powered by WordPress

© 2011-2017 CSMS Magazine All Rights Reserved -- Copyright notice by Blog Copyright